ACTUALITÉS & ÉVÈNEMENTS, Tout ce qu'il faut savoir

Tout ce qu’il faut savoir – La presse et les médias (2/4)

Repenser – libérer – réconcilier – protéger

2ème partie

 Les nécessaires liberté et pluralité des médias

 Le régime démocratique, pour fonctionner, nécessite des citoyens bien informés. Par le vote, ceux-ci sont appelés à orienter les décisions des gouvernants. Entre deux élections, les citoyens évaluent la politique mise en place. Ils peuvent la sanctionner en exprimant leur mécontentement, en désobéissant ou en changeant de dirigeant à l’élection suivante.

Afin de pouvoir participer à la vie politique, les citoyens doivent avoir une large connaissance des problèmes que les mouvements politiques sont appelés à résoudre. Ils doivent connaître d’une part les faits mais aussi les solutions proposées.

Les médias, sous toutes leurs formes, remplissent ce rôle. Ils fournissent les données dont les citoyens ne peuvent avoir connaissance dans leur vie quotidienne. Ils les informent sur le fonctionnement de l’Etat, sur la santé de l’économie, sur les dernières avancées de la science, les conditions de vie des autres citoyens ou encore sur les effets de la réglementation. Les médias élaborent des analyses à partir de ces informations. Ils suggèrent au citoyen des opinions. Ils présentent et évaluent les solutions aux défis rencontrés par la population.

L’information des médias est ainsi toujours partiale et orientée. D’une part, les médias choisissent quels sont les faits qu’ils soumettent à leur public. Ils décident de ce qui est important et mérite attention. D’autre part, les médias sont libres de l’interprétation des faits et de l’évaluation des solutions. Ils peuvent ne présenter qu’une certaine école de pensée ou prendre le parti de critiquer la politique des dirigeants.

Ainsi, chaque matin, en ouvrant Libération ou le Figaro, le lecteur n’y trouve pas la même actualité. Chaque journal présente une certaine vision du monde. Chaque rédaction choisit quels sont les problèmes, les solutions et les personnes candidates à les appliquer qu’elle met en avant.

De même, lors d’une campagne électorale, un média pourra en fonction de ses convictions ou de ses intérêts relater avec plus d’insistance l’actualité d’un parti ou le présenter d’une manière plus favorable.

Il est ainsi primordial que divers médias coexistent et qu’aucun pouvoir ne puisse limiter leur pluralité.

 

La presse, un 4ème pouvoir ?

On entend souvent parler de « 4ème pouvoir » en parlant de la presse et des médias en général. Il permettrait de contrebalancer les trois autres pouvoirs de l’Etat que sont le pouvoir législatif, le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire.

Déjà en 1840, Honoré de Balzac affirme que « La presse est en France un quatrième pouvoir dans l’État : elle attaque tout et personne ne l’attaque. Elle blâme à tort et à travers. Elle prétend que les hommes politiques et littéraires lui appartiennent et ne veut pas qu’il y ait réciprocité. »

La presse a un rôle non négligeable. Elle peut venir perturber la justice comme on a pu le voir récemment dans l’affaire d’Outreau. Elle conditionne l’opinion publique dans les régimes autoritaires en ne leur présentant qu’une vision biaisée du monde. C’est pour cela, elle ne doit pas être dans les mains des personnes contrôlant déjà un des autres pouvoirs.

Elle influence les électeurs, même dans nos démocraties libérales. Lorsqu’un média est en position dominante sur un territoire, étant la seule source traditionnelle d’information, ses choix éditoriaux ont la capacité d’influencer les résultats et d’assurer la domination d’un camp. Ce risque est encore plus marqué dans une situation où des liens capitalistiques relient un organe de presse à des dirigeants d’un parti.

Cette situation ne tient pas à la qualité ou à l’intégrité des journalistes composant cet organe de presse. Leurs meilleurs efforts ne pourront jamais remplacer le besoin de pluralité. Ils seront toujours soumis à une rédaction disposant, par nature, d’une politique et d’objectifs plus ou moins conscients. Affirmer le contraire serait méconnaître le fonctionnement des médias. Cela serait par ailleurs dangereux, oubliant le besoin de diversité de sources d’informations.

 

Internet : concurrent ou complément de la presse écrite

Depuis le début des années 2000, Internet devient un véritable concurrent de la presse écrite. Un énorme vecteur d’informations instantanées et universelles.

Internet permet une plus large diffusion de l’information, ce qui représente des avantages comme la « mondialisation » de l’information, luttant contre d’éventuelles censures.

Internet a aussi pour conséquence la diffusion de contenu alternatif venant de différents acteurs hors du journalisme traditionnel (Facebook, Twitter, etc…). Tout un chacun est invité à donner son avis. L’information et son analyse ne proviennent plus uniquement de sources traditionnelles contrôlées par des professionnels.

C’est l’une des problématiques qui est à l’origine des Etats Généraux de la Presse Ecrite (EGPE) organisés de septembre 2008 à janvier 2009 par Nicolas Sarkozy. L’objectif des EGPE était d’apporter des réponses aux difficultés économiques rencontrées par la presse écrite face au développement d’Internet et des journaux gratuits. A cette occasion, se sont réunis 150 professionnels qui ont émis 90 propositions rassemblées dans le Livre Vert des EGPE rédigé par Bernard Spitz, Bruno Frappa, Arnaud de Puyfontaine, Bruno Patino et François Dufour (édition ministère de la Culture et de la Communication, janvier 2009). La difficulté pour la presse écrite aujourd’hui est de trouver un équilibre économique pour concilier diffusion Internet et rémunération du contenu.

Toutefois, certains contenus (via les blogs, les sites) peuvent permettre l’émergence de voix alternatives. Difficile à contrôler et à interdire, Internet permet la diffusion d’information et d’opinion qu’un organe officiel ou contrôlé par des proches d’un régime censurerait. De faible coût, internet peut représenter une solution au monopole géographique d’un groupe de presse. Sur un territoire où la demande n’est pas suffisante pour entretenir plusieurs organes, Internet permet la circulation d’autres points de vue.

A suivre…

 Prochaine publication mardi 12 septembre  « La liberté de la presse : un droit fondamental avec des limites »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s