ACTUALITÉS & ÉVÈNEMENTS, Articles

Le loto du patrimoine et la mission Patrimoine en péril

1200px-Château_de_Voltaire_à_Ferney_3

C’est au Château de la Ferney-Voltaire dans l’Ain, à l’occasion du 240ème anniversaire de la mort de Voltaire, que le président de la République a lancé officiellement le 31 mai, le Loto du Patrimoine et annoncé les 269 sites retenus (251 + 18) car selon lui « le patrimoine c’est un engagement national pour défendre l’identité des territoires ». 

Dès novembre 2017, Françoise Nyssen, ministre de la Culture a présenté sa stratégie pluriannuelle en faveur du patrimoine qui, selon elle, est « ambitieuse. Elle est à la hauteur de notre responsabilité : œuvrer pour une France plus unie et plus audacieuse que jamais (…) Le patrimoine peut être un levier de revitalisation et de cohésion essentiel ».

Cette stratégie qui entend apporter un nouveau souffle durable à la politique de l’Etat en faveur du patrimoine s’articule autour de deux axes :

  • Renforcement des moyens (+ 5 % en 2018) ;
  • Attention privilégiée pour les petites communes (+ 15 M€).

Quelques chiffres illustrant le patrimoine en France :

  • 44 000 immeubles protégés au titre des monuments historiques (dont 15 000 monuments religieux, 1 100 sites archéologiques, 1 000 ouvrages du génie civil) ;
  • 844 sites patrimoniaux remarquables (villes, villages, quartiers) ;
  • 9 millions de visiteurs par an dans les monuments nationaux ;
  • 12 millions de visiteurs pour les Journées européennes du Patrimoine ;
  • 52 % des monuments historiques appartiennent aux communes, 39 % à des propriétaires privés, 3 % à l’Etat, 2 % à d’autres collectivités territoriales et enfin 1 % en propre à des établissements publics.

En septembre 2017, le président de la République a confié à Stéphane Bern la mission de recenser le patrimoine local en péril et de trouver des financements innovants pour le restaurer et c’est ainsi qu’est créé le « loto du patrimoine » par la loi de finance rectificative 2017.

C’est donc le 31 mai 2018 que les 251 projets prioritaires et les 18 projets emblématiques ont été dévoilés. Les jeux « Mission Patrimoine » portés par la Française des jeux (FDJ) contribueront au financement de leur restauration. Vous pourrez retrouver la liste complète des 269 monuments retenus avec le lien suivant :

http://www.culture.gouv.fr/Presse/Dossiers-de-presse/Presentation-de-la-mission-Bern-Patrimoine-en-peril-et-publication-de-la-liste-des-projets-retenus

Sur 2.100 dossiers de monuments en péril reçus de toute la France, 18 projets ont été retenus (cf. liste et carte infra).

Parmi les 251 projets prioritaires, voici les monuments retenus pour la région Occitanie :

  • Château de Termes (11)
  • Temple protestant de Gallargues-le-Montueux (30)
  • Ancienne tuilerie de Blajan (31)
  • Château de la Salvetat-Saint-Gilles (31)
  • Domaine de Bonrepos-Riquet (31)
  • Église de Saint-Béat (31)
  • Pigeonnier de Grubel à Fourquevaux (31)
  • Platanes du Canal du Midi à Toulouse (31)
  • Chapelle des Pénitents à Mèze (34)
  • Abbaye de Marcilhac à Marcilhac-sur-Célé (46)
  • Château de Castelnau-Bretenoux à Prudhomat (46)
  • Grange-étable de Saint-Michel de Cours à Bellefont-La Rauze (46)
  • Église Saint-Calixte de Cazaux (65)
  • Casino de Vernet-les-Bains (66)
  • Caves Byrrh à Thuir (66)

 FRANCE-LOTTERY-HERITAGE

Image source FDJ

Un loto du patrimoine : de quoi s’agit-il exactement ?

Cette idée n’est pas nouvelle puisqu’en 1914, elle est à l’origine de la nouvelle Caisse nationale des monuments historiques, dont la mission était de procurer à l’État des ressources nouvelles pour restaurer les monuments anciens.

En Angleterre, par exemple, l’art ou le sport est financé par le biais d’une loterie.

Les règles du jeu

Début de l’opération le 3 septembre et pendant plusieurs semaines, des tickets de grattage à l’effigie de 18 monuments emblématiques seront mis en vente au prix de 15 € dans les points de vente de La Française des jeux (FDJ) et sur Internet. Non seulement le prix mais aussi le format des tickets sera important (format 15,2 x 20,3).

La recette attendue est de quinze à vingt millions d’euros qui seront répartis entre les monuments qui ont déjà été répertoriés, à travers un système de dossiers déposés à la Fondation du patrimoine ou au ministère de la Culture. La somme versée à chacun d’entre eux n’est pas encore fixée : elle dépendra du montant des travaux et de l’urgence patrimoniale sur le bien.

Quelques chiffres

  • 54 millions d’€ le besoin estimé pour la restauration ;
  • 12 millions de tickets à vendre ;
  • 30 800 points de vente de la FDJ
  • 13 millions d’€ : super cagnotte du vendredi 14 septembre à l’occasion du week-end des Journées européenne du Patrimoine ;
  • 6 gros lots de 1,5 millions d’€ ;
  • 8 lots à 150 000 € ;
  • 1 chance sur 3 de gagner au moins 15 € ;
  • 15 € prix du billet ;
  • 1,52 € par ticket reversé à la Fondation du patrimoine ;
  • 15 à 20 millions d’€ de recettes espérées.

Pourquoi dix-huit monuments ?

Tout simplement, car la France compte dix-huit régions (12 en métropole, la Corse et 5 collectivités en Outre-Mer), le choix de ces monuments est guidé non seulement à des considérations patrimoniales (intérêt du bâtiment et urgence des travaux) mais aussi, c’est indéniable, politiques.

Liste des dix-huit bâtiments retenus :

  1. Auvergne-Rhône-Alpes : aqueduc romain du Gier et pont-siphon de Beaunant, à Chaponost et Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône)
  2. Bourgogne-Franche-Comté : château de Bussy-Rabutin à Bussy-le-Grand (Côte-d’Or)
  3. Bretagne : Fort Cigogne à Fouesnant (Finistère)
  4. Centre-Val de Loire : église Notre-Dame à La Celle-Guénand (Indre-et-Loire)
  5. Corse : convent Saint-François à Pino (Haute-Corse)
  6. Guadeloupe : habitation Bisdary à Gourbeyre
  7. Hauts-de-France : ancien Hôtel-Dieu de Château-Thierry (Aisne)
  8. Grand-Est : théâtre des « Bleus de Bar » à Bar-le-Duc (Meuse)
  9. Guyane : maison du receveur des douanes à Saint-Laurent-du-Maroni
  10. Ile-de-France : villa Viardot à Bougival (Yvelines)
  11. La Réunion : Maison Rouge à Saint-Louis
  12. Martinique : maison d’Aimé Césaire à Fort-de-France
  13. Mayotte : sucrerie Soulou à M’Tsangamoudji
  14. Normandie : château de Carneville (Manche)
  15. Nouvelle-Aquitaine : maison de Pierre Loti à Rochefort (Charente-Maritime)
  16. Occitanie : Hôtel de Polignac à Condom (Gers)
  17. Pays de la Loire : Rotonde de Montabon (Sarthe)
  18. Provence-Alpes-Côte d’Azur : pont d’Ondres à Thorame-Haute (Alpes de Haute-Provence).

Si du point de vue financier ce loto n’est pas inutile, il sera indéniable largement insuffisant car il devrait rapporter, selon les estimations, entre 15 et 20 millions d’euros alors que les besoins sont abyssaux (pour mémoire environ 54 millions d’euros).

Quels sont les acteurs de cette mission Patrimoine en péril ?

 

MC logotype couleur copie

Le ministère de la Culture auquel sont associés la Fondation du patrimoine et la mission Bern.

LOGO_Fondation_du_patrimoine

Image source Fondation du patrimoine

La Fondation du patrimoine

La Fondation du patrimoine est une organisation privée créée en 1996 et dédiée à la sauvegarde et la valorisation du patrimoine français. Elle est présidée depuis avril 2017 par Guillaume Poitrinal.

Comment fonctionne-t-elle ?

Au travers du label, de la souscription publique et du mécénat d’entreprise, elle accompagne les particuliers, les collectivités et les associations dans des projets de restauration. Elle s’appuie sur 22 délégations régionales et 100 délégations départementales. A ce jour, elle gère 2 693 projets.

Ses missions :

  • promouvoir la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine bâti et paysager de nos régions ;
  • contribuer à l’identification des édifices et des sites menacés de dégradation et de disparition ;
  • susciter et organiser les partenariats publics/privés entre les associations de protection du patrimoine, les pouvoirs publics nationaux et locaux, et les entreprises désireuses d’engager des actions de mécénat culturel ;
  • participer aux actions de restauration des propriétaires privés ou publics ;
  • favoriser la création d’emplois et la transmission des savoir-faire. Les actions de sauvegarde et de valorisation du patrimoine sont source d’activité pour les entreprises locales. Elles favorisent la formation professionnelle et la transmission des arts et métiers liés au bâti ancien. Elles créent de l’emploi, notamment dans les secteurs du bâtiment, du tourisme et de la culture.

Ses actions s’appuient sur trois principaux leviers : le label, la souscription publique et le mécénat d’entreprise.

  • Le label : la Fondation du patrimoine est habilitée par le ministère de l’Économie et des finances à octroyer un label à une opération de restauration d’un immeuble non protégé au titre des monuments historiques. Ce label permet aux propriétaires privés de bénéficier de déductions fiscales ;
  • La souscription publique ou collecte de financement participatif : organisation de campagnes de souscriptions publiques et d’appel aux dons pour financer des projets de sauvegarde du patrimoine public et associatif ;
  • Le mécénat d’entreprise : mécénat culturel en faveur de projets de sauvegarde et de valorisation du patrimoine de proximité, des accords de partenariat nationaux ou locaux sont conclus avec des entreprises.

 Bern

Image source Fondation du patrimoine

La Mission Bern

Sa feuille de route :

  • Signaler : Identifier le patrimoine en danger : Grâce à tous les citoyens, c’est quelques 2000 sites en danger qui ont pu être identifiés partout en France. Les sites jugés prioritaires sont sélectionnés en concertation entre les services du ministère de la Culture et de la Fondation du patrimoine.
  • Protéger : Sauver notre patrimoine est l’affaire de tous
  • Développer : Valoriser notre patrimoine permet de développer l’économie locale, lutter contre les inégalités entre les territoires, créer et protéger les emplois.

 Protéger tous les patrimoines

  • Patrimoine religieux : Abbayes, églises, orgues, cloches… afin de valoriser la diversité de notre héritage culturel.
  • Patrimoine industriel ou artisanal : Usines, ateliers, forges… Entretenir le souvenir des principales productions et reconvertir les éléments notoires du patrimoine régional à des fins culturelles et touristiques.
  • Châteaux : dont plus de 20% des sites identifiés à restaurer d’urgence.
  • Patrimoine agricole ou rural : Fermes, fours à pain, pigeonniers… c’est aussi ce petit patrimoine, propre à chacune de nos régions, que nous devons protéger.
  • Autres patrimoines : Théâtres, maisons d’écrivains, hôtel particulier, écoles…
  • Patrimoine lié à l’eau : Lavoirs, fontaines, moulins… Ce sont ces reflets de la vie quotidienne des générations précédentes.

Quelques chiffres :

  • 2 100 sites identifiés sur tout le territoire ;
  • 2,5 Mds d’€ de travaux estimés ;
  • 25 000 emplois maintenus ou créés ;
  • 810 M d’€ de besoins financiers soit l’équivalent de 135 km d’autoroutes

Si la création d’un loto en faveur du patrimoine est une bonne nouvelle, et une manière originale de collecter des fonds ces derniers ne seront malheureusement pas suffisants pour protéger l’ensemble des sites identifiés.

Allez « tous les gagnants ont tenté leur chance ».

BONUS

https://www.fondation-patrimoine.org/

https://culturebox.francetvinfo.fr/patrimoine/loto-patrimoine-de-stephane-bern-les-18-projets-retenus-273811

http://www.culture.gouv.fr/Presse/Dossiers-de-presse/Strategie-pluriannuelle-en-faveur-du-patrimoine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s