ACTUALITÉS & ÉVÈNEMENTS, Articles

Le Grand débat national – suite (3)

logo_grand_debat_national_noir_x2Dans le prolongement de nos précédents articles publiés les 18 décembre 2018 https://remlourdes65.com/2018/12/19/le-grand-debat-national/

Et les 14 et 16 courant

https://remlourdes65.com/2019/01/14/le-grand-debat-national-suite/

https://remlourdes65.com/2019/01/16/le-grand-debat-national-suite-2/

nous sommes en mesure de vous communiquer le nom des cinq « garants » désignés le 17 janvier et qui seront chargés d’observer le bon déroulement du Grand débat national : ses conditions, la neutralité, la sincérité, l’indépendance, et l’impartialité.

Les deux membres du Gouvernement, Emmanuelle Wargon, Secrétaire d’Etat auprès du ministre d’État de la Transition écologique et solidaire et Sébastien Lecornu, Ministre chargé des collectivités territoriales auprès de la Ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, seront quant à eux, chargés de « faire vivre le débat et d’en suivre l’évolution ».

Ces désignations répondent à la volonté du Premier ministre qui estime que le Grand débat national « est un exercice inédit qui doit permettre aux Français de dire ce qu’ils souhaitent. Il faut que ce soit bien organisé, avec des principes de transparence et d’impartialité » (Edouard Philippe le 14/01/19).

En effet, l’indépendance du Grand débat national, lancé par Emmanuel Macron, sera garantie par un collège de cinq sages qui auront pour mission de « veiller à la régularité de la méthode et à celle des travaux d’analyse et de synthèse des contributions recueillies. Ils formuleront toutes les recommandations qu’ils jugeront nécessaires pour satisfaire aux exigences de transparence et d’impartialité » (sic Edouard Philippe) qui a d’ailleurs reçu ces derniers le 18 janvier.

Quels sont ces garants ?

Il s’agit de :

  • Nadia Bellaoui
  • Isabelle Falque-Pierrotin
  • Jean-Paul Bailly
  • Guy Canivet
  • Pascal Perrineau.

Par qui ont-ils été désignés ?

Ces derniers ont été désignés par des institutions différentes, d’aucuns directement par le Premier ministre, d’aucuns par le président du Sénat, le président de l’Assemblée nationale et le président du Conseil économique social et environnemental.

Ainsi, Isabelle Falque-Pierrotin et Jean-Paul Bailly ont été choisis par Matignon, Pascal Perrineau par la présidence du palais du Luxembourg, Guy Canivet par la présidence du palais Bourbon et enfin Nadia Ballaoui par la présidence du palais d’Iéna.

Qui sont-ils ?

Jean-Paul Bailly (72 ans)

bailly

Crédit photo : CESE

Diplômé de l’École polytechnique et titulaire d’un Master en sciences du Massachusetts Institute of Technology.

Jean-Paul Bailly a fait toute sa carrière dans les services publics. Ingénieur à la RATP dans les années 1970, il en devint le Président directeur général en 1984, il a permis de rétablir le dialogue entre syndicats et dirigeants de RATP en inventant « l’alarme sociale » pour détecter les sujets potentiellement clivants.

De 2002 à 2013, il préside le groupe La Poste qu’il a transformé. De son expérience, il a tiré une méthode de gouvernance objet de son livre Réformez ! par le dialogue et la confiance.

Il a été également été membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE).  

Nadia Bellaoui (44 ans)

nbellaoui

Crédit photo : CESE

En 1996, Nadia Bellaoui est membre fondateur du réseau Animafac, dont elle est déléguée générale de 2001 à 2006.

En 2000, elle intègre le conseil d’administration de la Ligue de l’enseignement et devient présidente du Réseau national des juniors associations.

En 2011 et 2012, elle a été nommée membre du Haut conseil à la vie associative et élue présidente de la Conférence permanente des coordinations associatives (aujourd’hui Le Mouvement associatif).

Elle est membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et est actuellement Secrétaire générale de la Ligue de l’enseignement (première femme à exercer cette fonction).

Guy Canivet (66 ans)

canivet

Crédit photo : justice.fr

Diplômé d’études supérieures spécialisées de droit privé et de sciences criminelles et de l’École nationale de la magistrature.

En 1972, Guy Canivet a commencé sa carrière en tant que Juge d’instruction à Chartres, en 1978, il a été Secrétaire général de la présidente du tribunal de grande instance de Paris et en 1984 a été Chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation.

En 1991, il est Président de chambre à la cour d’appel de Paris, puis en 1996, il devient le Premier président de cette même cour.

En février 2007, il nommé membre du Conseil constitutionnel par Jean-Louis Debré, alors président de l’Assemblée nationale, et enfin, en juin de la même année, il est nommé membre de la Commission d’éthique du Comité international olympique par la Commission exécutive où il remplace Robert Badinter.

Isabelle Falque-Pierrotin (59 ans)

isabelle-falque-pierrotin1

Crédit photo : CNIL

Diplômée de l’Ecole des hautes études commerciales (HEC) en 1982, de l’Ecole nationale d’administration (promotion « Denis Diderot ») et de l’Institut Multimédia en 1990.

Conseiller d’État, Présidente de la CNIL depuis septembre 2011 où elle supervise notamment l’application du Règlement général de protection des données personnelles (RGPD) en France.

En février 2014, elle a été élue pour deux ans Présidente du G29, le groupe des CNIL européennes, puis réélue en février 2016 pour deux ans.

En septembre 2017, elle a été élue présidente de la Conférence mondiale des autorités de protection des données.

Pascal Perrineau (68 ans)

perrineau

Crédit photo : sciences-po.fr

Diplômé d’un doctorat d’Etat en sciences politique.

Pascal Perrineau est politologue et spécialiste de sociologie électorale notamment dans l’étude de l’extrême droite en France et en Europe ainsi que sur l’interprétation des nouveaux clivages à l’œuvre dans les sociétés européennes.

Dans les années 1970, il a été secrétaire de section du Parti socialiste à Nancy.

En février 2016, il est nommé membre du conseil scientifique de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (DILCRA), présidé par Dominique Schnapper.

En octobre 2016, il est élu président de l’association des anciens élèves de Sciences Po.

Ainsi, nous pouvons constater que ces personnalités sont à la fois hétéroclites tant par leur formation, que par leur expérience variée dans la mesure où elles sont issues du secteur public, du monde associatif ou venant de la sphère académique à l’image de la société Française.

Prochain rendez-vous, mardi prochain, 22 janvier, pour la conférence de presse qui sera donnée par nos « cinq sages » lors de laquelle ils nous dévoileront comment ils envisagent leur mission et comment ils vont organiser leur travail.

Aujourd’hui, il semble bien que le Grand débat national soit vraiment lancé, preuve en est les deux rencontres du président de la Républiques avec les maires en Normandie et en Occitanie et ces quelques chiffres : le site dédié au Grand débat national a déjà été visité par plus de 200 000 personnes et 400 réunions sont d’ores et déjà organisées sur l’ensemble du territoire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s