ACTUALITÉS & ÉVÈNEMENTS, Brève du jour

Brève du jour – Démocrature une nouvelle tendance ?

Démocrature1

Né de l’alliance des mots démocratie et dictature, ce vocable est désormais présent dans de nombreuses langues et pas seulement dans le vocabulaire. Mais que se cache-t-il derrière ce vocable ?

Finalement, la réponse est assez simple puisque le terme de démocrature définit un régime politique qui, en apparence est démocratique mais qui, concrètement, dans son fonctionnement, est plus proche d’une dictature. Officiellement, ce régime n’existe pas et pourtant…Il est présent dans de nombreux pays dans le monde entier que ce soit en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique et même non loin de nous, en Europe. La Russie de Vladimir Poutine et la Turquie de Recep Tayyip Erdogan en sont des exemples dont la forme est certainement la plus aboutie.

Pourquoi avons-nous souhaité aborder la démocrature dans notre « Brève du jour » ? Tout simplement, parce qu’à quelques jours des élections européennes, de nombreux Etats-membres sont en fait de véritables démocratures. En effet, l’actualité regorge d’exemples de nombreux pays qui pratiquent ce régime hybride mi-démocratique, mi-dictatorial.

Comme nous l’avons précisé, la démocrature présente pourtant toutes les apparences d’une démocratie. En effet, le plus souvent, il existe une constitution, un parlement, des élections ont lieu régulièrement, et la liberté d’expression est garantie dans les textes.

Et pourtant, il existe une réelle manipulation de ces institutions et des médias par les élites et les dirigeants au pouvoir, une parodie de justice, voire la répression des contestataires, autant de marqueurs qui font penser à une dictature[1].

Quant aux élections qui sont organisées, contrairement à ce que l’on pourrait croire de prime abord, elles ne sont pas forcément truquées ou les résultats falsifiés mais c’est le choix des citoyens qui n’est plus libre ou simplement de manière formelle.

Si on prend l’exemple de la Turquie, des élections relativement pluralistes sont organisées dans le seul but de légitimer le régime. Ainsi, le taux de participation est de 87 % et depuis 2002, Erdogan est élu à chaque fois avec plus de 50 % des voix. Le régime est donc adoubé souverainement par le peuple. Or, nous sommes bien loin d’un régime démocratique, la répression sévit chaque jour. Même si les résultats des récentes élections municipales (scrutin du 31 mars) mettent en difficulté le parti majoritaire.

Plus près de nous, en Europe, on peut citer l’exemple de la Hongrie, il s’agit là aussi bel et bien d’une démocrature. Même s’il n’existe pas de réelle politique de la terreur, on vit dans une culture constante de la haine de celui qui vient « de l’extérieur », de la trahison. Et pour encore mieux perpétuer le pouvoir, on empile tout simplement les pouvoirs politique, social et économique.

En démocrature, les dirigeants politiques absorbent ainsi volontairement la puissance sociale pour être capables de revendiquer un pouvoir politique incontestable et populaire.

Un modèle qui séduit en Europe ?

Il semble bien que la démocrature ou les régimes autoritaires fascinent certains pays européens et certains citoyens européens pour lesquels ces régimes sont les seuls à pouvoir redresser l’économie, combler les inégalités sociales, lutter contre le chômage et l’immigration, etc… Même si ce phénomène n’est pas nouveau, depuis plusieurs années, les rapports d’ONG comme ceux émis par l’Institut international pour la démocratie et l’assistance électorale (IDEA) tirent la sonnette d’alarme, depuis près d’un quart de siècle, la démocratie ne progresse plus dans le monde. Force est de constater que ces régimes hybrides sont en nette progression. D’ailleurs, non loin de nous, la Pologne et la Roumanie s’attaquent à l’indépendance de la justice, en Autriche, des ministres d’extrême droite débarquent au gouvernement, etc…

Face à cela l’Union européenne (UE) peut opposer l’article 7 du traité de Lisbonne aux termes duquel tous les pays de l’UE doivent respecter les valeurs communes et le droit de l’UE. En théorie, cet article peut déboucher sur une suspension du droit de vote d’un Etat membre au sein du Conseil de l’UE. Mais comme cette sanction doit être approuvée unanimement par les autres Etats membres, autant dire que les démocratures peuvent « dormir du sommeil du juste » !!

Demain (mardi 2 avril), à ne pas rater, la dernière partie de notre chronique consacrée au lobbying parlementaire.

Note

[1] Rappelons qu’un régime dictatorial est un régime politique dans lequel une personne ou un groupe de personnes exercent tous les pouvoirs de façon absolue, et ce, sans qu’aucune loi ou institution ne les limite.

lobbying8

Bonus et bibliographie

https://www.franceculture.fr/emissions/les-idees-claires/la-democrature-une-democratie-d-apparence

https://www.liberation.fr/planete/2017/01/02/la-victoire-des-democratures_1538699

http://www.diplo-mates.com/single-post/2016/10/10/La-d%C3%A9mocrature-une-nouvelle-forme-dorganisation-%C3%A9tatique

https://www.ideeshautes.com/2018-04-17-quen-est-il-de-la-democrature/

« La démocrature, dictature camouflée, démocratie truquée » de Max Liniger-Goumaz, aux éditions L’Harmattan (1992).

« Comment les médias transforment la démocratie » de Gérard Mermet aux éditions Aubier-Montaigne (1987)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s