ACTUALITÉS & ÉVÈNEMENTS, Revue de presse

Revue de Presse du 6 avril – Notre Sélection

rp02ML-790x427

 

Revue de Presse du 6 avril – Notre sélection

 

France

Politique – Economie – Social

  • Mouvement social à la SNCF

https://www.marianne.net/societe/lutte-20-comment-les-cheminots-veulent-gagner-la-bataille-de-l-opinion-publique?_ope=eyJndWlkIjoiZWNlN2ZhYjZjMmU2YjZmNGM2MTM5ZTkxMDI2M2ZkYWQifQ==

https://www.ladepeche.fr/article/2018/04/04/2773208-sncf-la-greve-est-desormais-sur-les-rails.html#xtor=EPR-1

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/04/03/vrai-faux-ou-flou-le-tour-des-arguments-du-debat-sur-la-sncf_5280118_4355770.html

  • La réforme des institutions

http://www.lepoint.fr/politique/reforme-des-institutions-30-de-parlementaires-en-moins-04-04-2018-2207982_20.php

https://www.francetvinfo.fr/france/corse/corse/baisse-du-nombre-de-parlementaires-proportionnelle-aux-legislatives-ce-qu-il-faut-retenir-des-annonces-du-gouvernement-sur-les-institutions_2689488.html#xtor=EPR-51-[nombre-de-parlementaires-reference-a-la-corse-proportionnelle-aux-legislatives-ce-qu-il-faut-retenir-des-annonces-sur-la-reforme-des-institutions_2689488]-20180404-[bouton]

http://www.lemonde.fr/politique/article/2018/04/04/moins-de-parlementaires-proportionnelle-limitation-des-mandats-le-gouvernement-devoile-sa-reforme-des-institutions_5280615_823448.html

  • Blocages des universités

https://www.la-croix.com/Famille/Education/Le-blocage-universites-poursuit-2018-04-03-1200928807?utm_source=Newsletter&utm_medium=e-mail&utm_content=20180403&utm_campaign=newsletter__crx_alert&utm_term=979149&PMID=ece7fab6c2e6b6f4c6139e910263fdad

Inclusion – Santé – Ethique

  • Prévention 

http://www.institutmontaigne.org/blog/priorite-prevention-25-mesures-pour-agir?utm_source=Institut+Montaigne+%28fr%29&utm_campaign=7c7f3fa452-EMAIL_CAMPAIGN_2018_04_05&utm_medium=email&utm_term=0_700e2510d8-7c7f3fa452-261271577

  • Fin de vie 

https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Ethique/PMA-fin-vie-sujets-debattus-etats-generaux-2018-04-04-1200929075?utm_source=Newsletter&utm_medium=e-mail&utm_content=20180404&utm_campaign=newsletter__crx_alert&utm_term=979156&PMID=ece7fab6c2e6b6f4c6139e910263fdad

  • Autisme : le président de la République annonce un plan de 340 millions

https://www.ouest-france.fr/sante/handicaps/autisme-emmanuel-macron-annonce-un-plan-de-340-millions-d-euros-sur-5-ans-5675376?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

https://www.lesechos.fr/amp/56/2166656.php

Environnement – Culture – Patrimoine

  • Loto du patrimoine

https://www.ladepeche.fr/article/2018/04/05/2774147-les-heureux-gagnants-du-loto-du-patrimoine.html

Education – Recherche

  • Etats-généraux de l’éducation dans les quartiers populaires

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/creteil-etats-generaux-de-l-education-dans-les-quartiers-populaires-05-04-2018-7647990.php

Région Occitanie

  • Enseignement : à Montpellier la grogne gagne les lycéens

https://www.la-croix.com/Famille/Education/A-Montpellier-grogne-gagne-lyceens-2018-04-03-1200928746?utm_source=Newsletter&utm_medium=e-mail&utm_content=20180403&utm_campaign=newsletter__crx_alert&utm_term=979149&PMID=ece7fab6c2e6b6f4c6139e910263fdad

  • Economie : l’Occitanie une terre d’investissements

https://www.ladepeche.fr/article/2018/04/05/2774142-l-occitanie-3e-region-de-france-pour-les-investissements-etrangers.html#xtor=EPR-7

International

Afrique : 

  • Zone de libre-échange

http://www.institutmontaigne.org/blog/zone-de-libre-echange-continentale-africaine-encore-un-long-chemin-parcourir-entretien-avec-michael?utm_source=Institut+Montaigne+%28fr%29&utm_campaign=7c7f3fa452-EMAIL_CAMPAIGN_2018_04_05&utm_medium=email&utm_term=0_700e2510d8-7c7f3fa452-261271577

  • Mort de Winnie Mandela

http://www.europe1.fr/international/afrique-du-sud-deces-de-winnie-mandela-lex-epouse-de-nelson-mandela-3615791

Brésil :

  • la chute d’une idole

http://www.lefigaro.fr/international/2018/04/05/01003-20180405ARTFIG00286-lula-vers-la-prison-la-chute-d-une-idole.php

Espagne :

  • PODEMOS

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2018/03/30/31001-20180330ARTFIG00244-iigo-errejn-la-plus-grande-reforme-qui-soit-est-celle-de-l-ordre.php

Etats-Unis :

  • Les suites de l’augmentation des tarifs douaniers avec certains produits chinois

https://www.courrierinternational.com/article/washington-beaucoup-perdre-dans-une-guerre-commerciale-avec-pekin

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/04/05/20002-20180405ARTFIG00298-la-chine-saisit-l-omc-pour-contester-les-taxes-que-washington-veut-imposer-sur-ses-produits.php

Liban :

https://www.courrierinternational.com/depeche/la-communaute-internationale-se-mobilise-pour-leconomie-libanaise.afp.com.20180405.doc.13q4sx.xml

Yemen :

https://www.franceculture.fr/geopolitique/comprendre-la-guerre-au-yemen

https://www.franceculture.fr/geopolitique/pourquoi-le-cholera-est-de-retour-au-yemen

ACTUALITÉS & ÉVÈNEMENTS, Revue de presse

Revue de Presse du 30 mars – Notre Sélection

rp02ML-790x427

Notre sélection de la semaine

 

 

France

Politique et Institutions

  • le PS change de tête :

http://www.lemonde.fr/politique/article/2018/03/30/parti-socialiste-olivier-faure-officiellement-elu-premier-secretaire_5278338_823448.html

  • loi sur le secret des Affaires

https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/l-assemblee-approuve-la-proposition-de-loi-sur-le-secret-des-affaires-en-premiere-lecture_2678626.html

Economie – Social

  • qualité du travail : où il fait bon travailler en France

https://www.huffingtonpost.fr/2018/03/28/les-79-entreprises-francaises-qui-offrent-les-meilleures-conditions-de-travail-selon-great-place-to-work_a_23397160/?utm_hp_ref=fr-economie

  • protection sociale : une note de l’Institut Montaigne

http://www.institutmontaigne.org/publications/protection-sociale-une-mise-jour-vitale?utm_source=Institut+Montaigne+%28fr%29&utm_campaign=614a8f2388-EMAIL_CAMPAIGN_2018_03_29&utm_medium=email&utm_term=0_700e2510d8-614a8f2388-261271577

  • quel avenir pour la French Tech : une note de Terra Nova

http://tnova.fr/notes/quel-avenir-pour-la-french-tech

  • intelligence artificielle

http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/03/29/intelligence-artificielle-la-politique-par-petite-touche-d-emmanuel-macron_5278202_3234.html

http://www.atlantico.fr/decryptage/intelligence-artificielle-pourquoi-vrais-atouts-francais-sont-rattrapes-nos-faiblesses-benhamou-3347942.html

http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/intelligence-artificielle-10-propositions-concretes-du-rapport-villani-28-03-2018-2206391_47.php

Culture – Patrimoine – Environnement

  • le plan culture dévoilé

http://www.lemonde.fr/culture/article/2018/03/30/le-plan-culture-pres-de-chez-vous-devoile_5278429_3246.html

  • les pesticides et la faune

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/03/29/pourquoi-les-pesticides-sont-bien-l-une-des-causes-du-declin-des-oiseaux_5278294_4355770.html

Education

http://www.leparisien.fr/societe/instruction-obligatoire-des-3-ans-qu-est-ce-cela-va-changer-28-03-2018-7633344.php

Région Occitanie

Economie et Société

  • Redynamisation des centres-villes

https://www.huffingtonpost.fr/2018/03/27/quels-sont-les-centre-villes-que-le-gouvernement-va-revitaliser-pres-de-chez-vous_a_23396296/?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001

  • Intelligence artificielle : le mot de la Présidente de la Région

http://www.tarbes-infos.com/spip.php?article21373

Agriculture : élevage collaboratif

http://www.touleco.fr/Montpellier-My-Horse-Family-lance-son-Tour-de-France-de-l,24289

Elections à Gerde

https://www.nrpyrenees.fr/article/2018/03/30/95441-election-poursuivre-le-virage-de-l-avenir.html

Europe et International

Allemagne : le gouvernement s’attaque au chômage longue durée

http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/03/29/le-gouvernement-allemand-s-attaque-au-chomage-de-longue-duree_5278060_3234.html

Egypte : élection présidentielle

https://www.francetvinfo.fr/monde/egypte/egypte-une-presidentielle-sans-veritable-rival-au-sortant-al-sissi_2675014.html#xtor=CS2-765-[autres]-

Italie : les enjeux du scrutin

http://tnova.fr/notes/l-italie-a-l-epreuve-des-elections

Mexique : élection présidentielle cet été

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/03/30/au-mexique-une-campagne-presidentielle-sous-tension_5278389_3222.html

Russie : les enjeux après le scrutin

http://www.institutmontaigne.org/blog/lettre-de-moscou-les-victoires-la-pyrrhus-de-vladimir-poutine?utm_source=Institut+Montaigne+%28fr%29&utm_campaign=614a8f2388-EMAIL_CAMPAIGN_2018_03_29&utm_medium=email&utm_term=0_700e2510d8-614a8f2388-261271577

Syrie : des avis contraires France-Etats Unis

https://www.huffingtonpost.fr/2018/03/29/dapres-des-kurdes-recus-par-macron-a-lelysee-paris-va-envoyer-des-troupes-en-syrie_a_23398935/?utm_hp_ref=fr-homepage

https://www.huffingtonpost.fr/2018/03/29/trump-annonce-que-les-troupes-americaines-vont-quitter-la-syrie-vraiment-tres-bientot_a_23398956/?utm_hp_ref=fr-homepage

http://www.lemonde.fr/syrie/article/2018/03/29/une-delegation-des-forces-democratiques-syriennes-recue-a-l-elysee_5278326_1618247.html

Turquie : économie et diplomatie

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/03/29/97002-20180329FILWWW00178-turquie-croissance-de-74-en-2017.php

http://www.letelegramme.fr/monde/turquie-toute-mediation-francaise-rejetee-30-03-2018-11907619.php

Ukraine : cessez le feu

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/03/29/97001-20180329FILWWW00192-ukraine-un-le-cessez-le-feu-salue.php

https://www.challenges.fr/monde/ukraine-le-format-normandie-salue-la-treve-reconduite-pour-paques_577243

 

 

ACTUALITÉS & ÉVÈNEMENTS, Tout ce qu'il faut savoir

Tout ce qu’il faut savoir – La crise vénézuélienne (Partie 3/3)

Le Venezuela face à la communauté internationale – 3ème et dernière partie de notre chronique consacrée à la crise vénézuélienne.

La Procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a annoncé début février avoir ouvert un examen préliminaire sur des crimes présumés commis au Venezuela, pays parti au Statut de Rome et que la Procureure suit attentivement depuis 2016. Selon elle :

« Les forces de l’ordre de cet État auraient fréquemment eu recours à la force de manière excessive pour disperser des manifestants ou réprimer des manifestations et auraient arrêté et détenu des milliers d’opposants véritables ou perçus comme tels, dont un certain nombre auraient subi de graves sévices et mauvais traitements pendant leur détention ».

Fin août 2017, l’ONU avait déjà dénoncé un usage excessif de la force par les autorités vénézuéliennes. Des actions qui ont donné l’impression que « ce qu’il reste de la vie démocratique au Venezuela est en train d’être écrasé », avait alors déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein. L’UNICEF appelle également « à la mise en œuvre rapide d’une réponse à la malnutrition », coordonnée entre le gouvernement et ses partenaires.

Ainsi, une timide réponse Internationale semble être impulsée face à la crise vénézuélienne. D’ailleurs, de nombreux chefs d’Etat dont Emmanuel Macron comme nous l’avions relevé dans notre dernier article, mettent également l’accent sur une sortie de crise rapide et, appellent de leurs vœux un renouvellement démocratique pour le pays.

V3-1

De gauche à droite : Eulogio Del Pino, ex-ministre du Pétrole et Président de la compagnie pétrolière nationale PDVSA (actuellement incarcéré pour corruption) ; Nicolas Maduro, Président de la République Bolivarienne du Venezuela ; Narendra Kumar Verma, Indian Oil and Gas Corporation. Source : Voice of America. Domaine Public.

Pour autant, le Venezuela dispose toujours de soutiens de poids au sein de la communauté internationale, et, bien qu’il tende à s’isoler quelque peu en Amérique Latine, plusieurs puissances cherchent encore à maintenir Nicolas Maduro au pouvoir. Dès lors, une sortie de crise, impulsée par les membres de la communauté internationale semble être compromise…

L’arrestation, fin juillet 2017, de deux chefs de l’opposition au Venezuela, a marqué le départ d’une vague d’indignation de la communauté internationale. Il s’agit de Leopoldo Lopez, fondateur du parti Voluntad Popular (Volonté populaire, droite) et du maire de Caracas, Antonio Ledezma. Rapidement, l’Union européenne a condamné ces arrestations qui eurent lieu quelques jours avant la décision de Nicolas Maduro de dissoudre l’Assemblée Nationale et a parlé d’un « pas dans la mauvaise direction » tout en réitérant son appel à une « solution pacifique et négociée ».

V3-2

Affrontements dans le quartier de Bello Monte, Caracas, Venezuela. Source : Carlos Diaz (libre de droit).

Selon Donald Trump, cette arrestation est une « nouvelle preuve de l’autoritarisme du régime » du chef de l’Etat vénézuélien. Qualifiant les dernières élections d’« illégitimes » et  Nicolas Maduro de « dictateur », Washington a annoncé de nouvelles sanctions avec le « gel de tous les avoirs » que posséderait le président vénézuélien aux Etats-Unis, une mesure extrêmement rare contre un chef d’Etat en exercice. Nicolas Maduro est ainsi le quatrième chef d’Etat actuellement en mandat à être sanctionné par Washington, rejoignant les présidents syrien Bachar al-Assad, nord-coréen Kim Jong-Un et zimbabwéen Robert Mugabe.

A l’inverse, la Russie, Cuba, le Nicaragua, la Bolivie et le Salvador ont apporté leur soutien à Nicolas Maduro. La Havane a d’ailleurs dénoncé une « opération internationale » dirigée par Washington pour ne pas reconnaître « la volonté » du peuple vénézuélien.

Comme nous le voyons, deux blocs semblent se former entre d’un côté les soutiens historiques et indéfectibles du régime et de l’autre ceux qui condamnent l’action de Nicolas Maduro.

Parmi les soutiens de Caracas, la Russie possède l’influence la plus importante. Vladimir Poutine répète ici le même scénario qu’en Syrie : à savoir qu’au plus haut de la crise, Moscou est devenu l’interlocuteur de dernier recours pour un Venezuela en pleine banqueroute.

A première vue, il peut paraître étrange d’envisager que la Russie intervienne dans un pays si éloigné de ses frontières et qui donne l’impression de se précipiter vers le chaos économique. Pourtant, les liens d’amitié entre la Russie et le Venezuela remontent bien loin dans l’Histoire, au premier voyage du défunt Président Hugo Chavez à Moscou, en mai 2001. Il y retournera dix fois, avant son décès en 2013. A cette période, le Venezuela est devenu un des plus fidèles clients mondiaux de l’industrie de l’armement russe. Entre 2001 et 2011, le pays acheta des armes russes pour un montant de   11.000 millions de dollars…

A mesure que s’empirait sa situation économique, l’achat d’armes a diminué et les échanges commerciaux évoluèrent vers le secteur de l’énergie. Au départ, les contrats étaient pour la plupart garantis par les ventes de pétrole vénézuélien. Cependant, les échanges ont commencé à se compliquer quand les russes exigèrent davantage d’actifs matériels en garantie. Caracas accepta la demande et délivra ainsi des actions des compagnies pétrolières nationales aux principales entreprises russes, tout comme le droit d’exploiter divers gisements entiers au Venezuela.

Bien que la relation entre les deux pays ait été essentiellement économique, la politique, nationale, comme internationale n’a jamais été très éloignée. En ce sens, la décision du gouvernement vénézuélien de neutraliser l’Assemblée Nationale démocratiquement élue, est intrinsèquement liée à la volonté d’obtenir un emprunt russe supplémentaire.

En effet, l’Assemblée Nationale était le seul organe de pouvoir que Nicolas Maduro ne contrôlait pas puisque l’opposition avait, lors des dernières élections législatives, obtenu la majorité. Or, la loi prévoit que tous les crédits internationaux et toutes les ventes d’actifs nationaux doivent être soumis à l’approbation de l’Assemblée Nationale… Les leaders de l’opposition étant en désaccord avec les contrats russes, il était plus simple d’obtenir la suppression de l’Assemblée.

Le gouvernement de Nicolas Maduro évite donc la censure de l’opposition et a fait en sorte que le Tribunal Suprême, organe contrôlé par le Président, se substitue à elle. Cette nécessité d’obtenir des crédits de la part du gouvernement russe s’est accentuée depuis les sanctions américaines citées ci-dessus. Au total, les prêts consentis par la Russie au Venezuela dans les dernières années s’élèvent à plus de 5.000 millions de dollars. Une bonne façon pour la Russie d’exercer son influence derrière les pas américains et de garantir des rentrées d’argent abondantes. Avec un tel soutien, il est clair que le régime vénézuélien a encore de beaux jours devant lui. 

V3-3

Vladimir Poutine et Nicolas Maduro. Source : Kremlin (libre de Droit).

D’ailleurs, l’Eglise catholique vénézuélienne a récemment déclaré qu’ »Il ne s’agissait plus d’un conflit idéologique entre la droite et la gauche« , mais d' »une lutte entre un gouvernement devenu une dictature et tout un peuple qui réclame la liberté, à armes inégales« .

Reste à savoir si la communauté Internationale et au premier rang de laquelle, la France, saura appuyer la transition démocratique dans un pays dominé par l’idéologie bolivarienne. Mais même en France les positions divergent puisqu’une partie de l’opposition, à l’image de Jean-Luc Mélenchon aime à rappeler que le Venezuela est une véritable « source d’inspiration » …

V3-4

Les ministres des Affaires étrangères et représentants de douze pays américains se sont réunis à Lima (Pérou), pour évoquer la situation au Venezuela. Source : Ministère des Affaires étrangères du Pérou.

Pour envisager une sortie de crise dans l’avenir, gageons que l’isolement toujours plus grand du pays en Amérique Latine apporte un renouvellement. Cette vision est d’ailleurs portée par les responsables du MERCOSUR, ainsi que 12 Etats américains parmi les plus importants, tels que : l’Argentine, le Brésil ou encore le Canada. Réussiront-ils à établir une transition viable pour le pays ? Rien n’est moins sûr puisque malgré le rejet massif des vénézuéliens (70% d’entre eux souhaitent son départ), Nicolas Maduro bénéficie d’un fort soutien institutionnel dont celui de l’armée. Il parie d’ailleurs sur un renforcement militaire dans les prochains mois…  

Notre chronique consacrée à la situation au Venezuela touche maintenant à sa fin. Nous vous remercions pour votre lecture et espérons avoir pu vous livrer une vue d’ensemble de tout ce qui se passe au pays de Simon Bolivar. C’est désormais avec un œil averti que nous suivrons, dans les prochaines semaines, les évolutions dans le pays et, le cas échéant, nous ne manquerons pas de faire un nouveau point actualisé sur la conjoncture vénézuélienne.

ACTUALITÉS & ÉVÈNEMENTS, Articles

Venezuela : Emmanuel Macron dénonce une « dérive autoritaire inacceptable ».  

En lien avec notre chronique hebdomadaire consacrée à la situation au Venezuela, nous vous proposons de découvrir la récente déclaration d’Emmanuel Macron qui durcit le ton face au régime de Nicolas Maduro.

Lors d’une conférence de presse à l’Elysée commune avec son homologue argentin Mauricio Macri, le chef de l’Etat a en effet dénoncé vendredi la « dérive autoritaire du gouvernement de Caracas » ainsi que la « dégradation de la situation au Venezuela ».

Cette déclaration fait suite à la décision de la justice vénézuélienne d’exclure la coalition d’opposition de la prochaine présidentielle ainsi que l’expulsion de l’ambassadeur espagnol à Caracas.

Emmanuel Macron souhaite à présent que l’Union européenne accroisse ses sanctions contre le régime vénézuélien et que d’autres pays, plus proches du Venezuela se mobilisent à leur tour, afin d’accroître la pression sur Caracas.

Voici un extrait de la déclaration du chef de l’Etat, vendredi soir :

« Malheureusement, les choses vont dans la mauvaise direction, il appartiendra au niveau européen d’organiser une coordination pour décider d’accroître les sanctions, j’y suis favorable. Je souhaite que d’autres pays qui partagent nos valeurs, notre attachement aux droits de l’Homme, et qui sont évidemment, beaucoup plus en lien économique avec le Venezuela, puissent prendre aussi des mesures de sanction efficaces. Car, la pression sur le régime se fera, le jour où celles et ceux qui pourront exercer des pressions efficaces se mettront à agir comme nous. Ce n’est pas à l’Union Européenne au premier chef d’agir, même si je crois qu’elle doit maintenant réaffirmer sa position. Celle de la France est en tout cas claire, c’est une position de condamnation et un souhait pour accroitre les sanctions ».

Crédit photo : En Marche ! ©DR tous droits réservés.

Dans un communiqué publié samedi, le ministère des Affaires étrangères vénézuélien a déclaré que « le gouvernement du Venezuela rejette énergiquement les déclarations inacceptables » du président français « dans lesquelles il disqualifie le gouvernement démocratique du Venezuela », jugeant qu’il s’agissait d’un «acte hostile et inamical».

Le président argentin a, pour sa part, déclaré « regretter la situation au Venezuela », appelant à des élections libres, mais n’évoquant pas de sanctions. « La dérive autoritaire se poursuit, ce n’est plus une démocratie depuis longtemps (…) Nous allons continuer à travailler ensemble pour aider le peuple vénézuélien », a-t-il dit, ajoutant que «la crise humanitaire est grave» en référence aux conséquences de la dégradation économique du pays, ajoutant qu’il ne voyait pas de «solution» à la crise.

Pourquoi cette déclaration ?

La justice vénézuélienne a décidé d’exclure la coalition d’opposition (MUD : « Table de l’Unité démocratique”) de la prochaine élection présidentielle. Cette décision surprise de la Cour Suprême de Justice, tombée dans la nuit de jeudi à vendredi, bannit donc une trentaine de partis allant de la droite au centre et qui constituent la première force d’opposition du pays. La plus haute autorité judiciaire, accusée de servir le président socialiste, autorise en revanche le Conseil national électoral (CNE) à prolonger de six mois la période de réinscription des principaux partis d’opposition, leur laissant la possibilité d’y participer à titre individuel.

Impopulaire, à la tête d’un pays ruiné et en proie aux sanctions internationales, Nicolas Maduro avait déjà pris de court mardi l’opposition en avançant la date du scrutin, comme nous l’évoquions dans la deuxième partie de notre chronique, prévu pour fin 2018, et en se disant prêt à y participer.

L’ambassadeur d’Espagne expulsé de Caracas

Le 18 janvier, les 28 pays de l’UE ont donné leur feu vert à de nouvelles sanctions en réponse à la répression de l’opposition au Venezuela. Ces sanctions visaient notamment des responsables du régime de Nicola Maduro, dont le numéro deux du pouvoir et le ministre de l’Intérieur.

Ce jeudi, le gouvernement de Nicolas Maduro a décidé d’expulser l’ambassadeur d’Espagne, Jesus Silva. Caracas reproche à Madrid d’avoir manœuvré au sein de l’UE pour qu’elle adopte, lundi dernier, des sanctions contre sept hauts fonctionnaires vénézuéliens, dont le numéro deux du régime «chaviste», Diosdado Cabello, le ministre de l’Intérieur, Nestor Reverol, et la présidente du Conseil national électoral, Tibisay Lucena.

Les États-Unis ont, de leur côté, aussi adopté plusieurs trains de sanctions financières à l’encontre du Venezuela.

Jesus Silva, Ambassadeur d’Espagne à Caracas. Crédit photo : Ambassade d’Espagne à Caracas.

Pour davantage d’informations sur le Venezuela, nous vous renvoyons aux deux premières parties de notre chronique hebdomadaire, respectivement intitulées : « Le constat d’un pays rongé par les crises » et « l’Histoire du déclin Vénézuélien » qui proposent une vision d’ensemble de la situation périlleuse dans laquelle se trouve le pays.

La semaine prochaine, notre propos sera d’évoquer avec plus de précision : « Le Venezuela, face à la Communauté Internationale ».

ACTUALITÉS & ÉVÈNEMENTS, Tout ce qu'il faut savoir

Tout ce qu’il faut savoir – La crise vénézuélienne (Partie 2/3)

« La meilleure façon de combattre la pauvreté, c’est de donner du pouvoir aux pauvres », affirmait l’ancien Président (de 1999 à 2013), Hugo Chavez.

Aujourd’hui, ce slogan sonne comme une mauvaise rime tant le nombre de pauvres est élevé dans le pays et la situation, de jour en jour plus dramatique. Une enquête des trois meilleures universités publiques et privées de Caracas estime en ce sens que la pauvreté touche 82 % des foyers vénézuéliens. C’est un chiffre affolant.

Mais comment le pays a-t-il bien pu en arriver là ? Après avoir abordé la semaine dernière, les différentes crises qui rongent le pays, c’est la question à laquelle nous nous efforcerons de répondre à travers cette deuxième partie de notre chronique sur la situation au Venezuela.

L’Histoire du déclin vénézuélien

En une quinzaine d’années, le Venezuela est passé du statut de pays le plus riche d’Amérique latine à celui d’un des plus pauvres et instables de la région, tant sur le plan politique qu’économique. Pour savoir avec exactitude ce qu‘il s’est passé et où se situe le moment de bascule de l’histoire vénézuélienne, il est important de revenir sur des faits historiques quelques peu éloignés de notre époque.

En effet, il s’agit tout d’abord de nous positionner en 1808, date à laquelle l’histoire du Venezuela commença à basculer.

A cette époque, un conflit éclata entre Napoléon 1er, Empereur des Français et Charles IV d’Espagne. Il s’agit de la célèbre guerre d’indépendance espagnole. En effet, Madrid se souleva contre l’armée française stationnée dans la capitale espagnole et l’insurrection finit par se généraliser à tout le pays après l’abdication du roi.

v1

Huile sur Toile, « Napoléon 1er recevant la capitulation de Madrid le 4 décembre 1808 », Antoine-Jean Gros(1810).

Mais alors quelle conséquence pour le Venezuela ? 

Cet événement provoqua des soulèvements populaires depuis l’Espagne jusqu’en Amérique latine et particulièrement au Venezuela. En effet, des juntes régionales se formèrent pour lutter contre l’envahisseur français et des mouvements indépendantistes en profitèrent également pour se constituer. Ainsi, dès 1811, sous l’impulsion de Francisco de Miranda et d’une autre figure encore plus emblématique du pays : Simón Bolívar, une Constitution est votée. Toutefois, l’’indépendance du pays ne devient formelle qu’à partir du 24 juin 1821.

v2

Huile sur Toile, “Boceto para la Firma del Acta de Independencia”, Martin Tovar y Tovar (1876-1877).

Par la suite, le XXème siècle vénézuélien sera marqué par une succession de régimes autoritaires et militaires qui développèrent massivement l’économie pétrolière. Cependant, alors que le Venezuela possède les premières réserves de pétrole prouvées, selon l’OPEP, ce dernier n’a pas réussi à mettre en place un modèle économique soutenable.

La genèse d’un tel échec remonte au mandat d’Hugo Chavez, arrivé au pouvoir en 1999 après une tentative préalable de coup d’Etat. Son action s’est inscrite dans le sillon de l’héritage révolutionnaire de Simon Bolivar. L’idée est donc de poursuivre « la révolution socialiste » afin de s’extraire au maximum du développement capitaliste mondial ainsi que du joug américain.

Pour ce faire, Chavez développa notamment un « programme pour la patrie 2013-2019 » que son protégé Nicolas Maduro poursuit actuellement. Ce programme est d’ailleurs entièrement consultable en ligne sur le site du gouvernement vénézuélien via le lien suivant :  http://gobiernoenlinea.gob.ve/home/archivos/PLAN-DE-LA-PATRIA-2013-2019.pdf

Ce dernier consiste à développer des mesures résolument anti-libérales, à l’image du vaste plan de nationalisation des entreprises, de la politisation de la justice ou encore d’autres mesures telles qu’une consécration de la rente pétrolière en tant que première source de revenus du système vénézuélien (c’est-à-dire 96% des exportations du pays).

De même, Chavez décida l’extraction du Venezuela du système de change mondial. Cette dernière mesure, moins connue, a également été catastrophique pour l’économie du pays. Elle a en effet réduit sa capacité d’importation, en se focalisant sur un système calqué sur les cours du pétrole (les exportations diminuant, elles n’apportent plus les devises nécessaires au financement des importations), en particulier en ce qui concerne les produits de consommation (causant de nombreuses pénuries) et, a favorisé dans le même temps, une dépréciation du cours de la monnaie nationale, entraînant une hausse du prix de ces importations. Le cercle vicieux est donc entamé.

Le problème lorsqu’une économie dépend exclusivement d’un secteur, tel que le pétrole, c’est qu’elle devient sensible à ses fluctuations. C’est ce qui est à l’origine du déclin vénézuélien. Alors que le baril de pétrole s’élevait à 82 dollars en 2014, il s’est en effet écroulé, jusqu’à 39 dollars en 2015, mettant à terre le système de financement vénézuélien. Ce phénomène a même fait chuter le PIB du pays de plus de 8% et apporta toutes les conséquences néfastes, en termes d’inflation et d’accroissement de la pauvreté, que nous évoquions la semaine passée dans la première partie de notre chronique.

Cela dit, cette manne pétrolière a été utilisée par Chavez dans le cadre de sa politique sociale qui a bien permis de réduire le taux de pauvreté, de 43 % en 1999 à 30 % en 2013 ainsi que d‘accomplir des progrès importants du point de vue de l’accès à l‘éducation. Pour autant, les récents chiffres nous montrent que cette réduction n’était que passagère et constituait un véritable mirage. En effet, tout s’écroula avec la chute du cours du pétrole.

Plus grave encore, cette obsession pétrolière et antilibérale a causé la disparition de l’industrie locale, ce qui explique aujourd’hui la quasi-inexistence d’une offre productive intérieure de produits de base. Le pays est donc condamné à devoir importer massivement, avec toutes les difficultés que nous venons d’aborder à ce propos…

v3

Discours d’Hugo CHAVEZ en 2010, avec un portrait de Simon BOLIVAR en arrière-plan.

Auteur : Karel FUENTES (autorisé pour le domaine public).

Nous le voyons donc bien, l’histoire du Venezuela a été marquée par un déclin économique et politique fort, acté dès les années 1990 et l’accession au pouvoir du Comandante Hugo Chavez. Celui-ci semble se poursuivre aujourd’hui puisque tous les signaux économiques demeurent dans le rouge. D’ailleurs, Nicolas Maduro ne semble pas prêt à lâcher les rênes de l’Etat : il a annoncé récemment sa candidature aux élections présidentielles, dont la date vient d’être mystérieusement avancée de plusieurs mois (désormais prévue avant le 30 avril 2018, initialement fin 2018). Nicolas Maduro semble avoir hâte d’être réélu avant même la tenue du scrutin, maintenant qu’il est sûr d’avoir muselé l’opposition.

Toujours est-il que la situation du pays est suffisamment grave pour être, une fois de plus, soulignée. La Colombie voisine reçoit d’ailleurs, chaque mois, des dizaines de milliers de réfugiés, une situation qui risque donc fort de tourner rapidement à la crise humanitaire. Voici d’ailleurs la teneur des recommandations publiées le 16 janvier dernier sur le site de l’ambassade de France à Caracas : « Des manifestations, au cours desquelles plusieurs personnes ont été tuées, se déroulent à travers le pays. Les pénuries atteignent un niveau critique. Il est recommandé, sauf motif urgent, de reporter les voyages vers le Venezuela ».

Dans un tel contexte, nous sommes en droit de nous questionner plus globalement sur la réaction de la Communauté Internationale face à cette situation. Il s’avère que celle-ci n’est pas, comme nous le verrons, unanime, entre soutiens fidèles et observateurs critiques du régime. Ainsi, dès la semaine prochaine nous vous proposerons de découvrir la troisième partie de notre chronique, qui s’intitulera : « Le Venezuela face à la Communauté Internationale ».

ACTUALITÉS & ÉVÈNEMENTS, Tout ce qu'il faut savoir

Tout ce qu’il faut savoir – La crise vénézuélienne? (Partie 1/3)

Dans notre rubrique « International », nous vous proposons de découvrir une chronique consacrée à la situation au Vénézuéla qui se présentera sous forme d’une série d’articles hebdomadaires.

carte-villes-venezuela

La situation du Venezuela est véritablement alarmante. Il faut dire que le pays est, à l’image d’une cocotte-minute, au bord de l’explosion. Mais alors, que se passe-t-il concrètement dans cette contrée d’Amérique du Sud découverte par Christophe Colomb en 1498 ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir à travers une série d’articles consacrée à la situation au Venezuela.

Première partie 

Le constat d’un pays rongé par les crises

Les premières heures de 2018 ont un goût bien amer pour les vénézuéliens. En effet, selon les derniers calculs de l’opposition, le taux d’inflation pour le mois de décembre a été de 85% et au total pour 2017 il a été de 2.616%, soit un effondrement du Produit Intérieur Brut (PIB) d’environ 15%. Le FMI n’est pas plus optimiste pour la nouvelle année puisqu’il prévoit une inflation de 2.350% en 2018. Ce sont des chiffres absolument fantasmagoriques qui donnent une idée de la réalité dans laquelle le pays est plongé. En effet, depuis 2013, le Venezuela est confronté à une succession de crises d’une ampleur sans précédent.

Une crise tout d’abord de nature économique, illustrée par les chiffres que nous venons de citer mais aussi par ceux de l’emploi puisque le taux de chômage est passé de 7,5% en 2013 à 25,3% en 2017. Les caisses de l’État sont également vides, cela installe une crise humanitaire préoccupante qui ne dit pas son nom. Les citoyens peinent en effet à se fournir en denrées alimentaires ou en services médicaux de base. Les pénuries sont devenues permanentes. Avec de tels chiffres en matière d’inflation, les prix des produits alimentaires ont, par exemple, été multipliés par 100. Aujourd’hui, pour acheter une portion de viande au Venezuela il faut disposer de l’équivalent d’un SMIC français, alors que le salaire minimum du pays est d’environ 30€ par mois…

maduro1-37

 

Nicolas Maduro

 

 

 

Finalement, une crise politique s’intensifie avec le durcissement de la politique de Nicolas Maduro, Président élu en 2013, dont beaucoup estiment qu’il ne s’agit que d’un dictateur déguisé. On assiste en effet à un véritable recul de la démocratie. En particulier, l’opposition est muselée et en juillet 2017, Maduro a notamment décidé de dissoudre l’Assemblée Nationale (où l’opposition disposait de la majorité) afin de nommer une Assemblée Constituante où siègent uniquement des élus favorables à l’action du gouvernement. Leur projet est officiellement de donner naissance à une nouvelle Constitution octroyant des pouvoirs encore plus grands pour le Président. Pour l’opposition, il ne s’agit de rien d’autre que d’un coup d’État. Par ailleurs, les manifestations d’opposants sont violemment réprimées, jusqu’à voir l’armée pénétrer dans les habitations situées dans les quartiers considérés comme « rebelles », menaçant de violer et tuer le plus grand nombre. La liberté de la presse n’est pas non plus protégée, deux radios ont notamment été supprimées récemment des ondes après avoir critiqué le régime en place. Au final, les affrontements de rues se multiplient et les chiffres d’assassinats font froid dans le dos (presque 22.000 en 2016).

Vous le comprenez donc, la situation vénézuélienne est chaotique. Bien sûr, cela pousse les habitants à fuir et on assiste en ce sens à un exode massif. On estime qu’environ 3 millions de Vénézuéliens ont fui leur pays depuis le début de la crise, soit près de 10% de la population.

Une question subsiste : comment le pays en est-il arrivé là ?

C’est ce que nous tenterons d’éclairer dans la prochaine partie de notre chronique qui s’intitulera: « L’Histoire du déclin vénézuélien ».           

 

Crédit photo : ministère des Affaires étrangères